Phnom Pen 2     retour
4 février
Ce n'est pas un seetting, mais le marché de nuit à Phnom Pen très prisé par les khmers, autour d'une scène de karaoké, on vient ici chiner des vêtements ou divers autres produits.Tout en écoutant les dernieres chansons vedettes on s'assied sur les nattes pour déguster les brochettes à 2000 riels pièce (0,5 $). On s'en donne à coeur joie.
Allez, on se lache ...
calamars grillés et une brochette de chaque pour goûter à tout...arrosé par un bon jus de canne à sucre

  


5 février
Hier condamnation à perpétuité de "Douch" sinistre directeur tortionnaire de la prison S21 intallée par les khmers rouges dans un ancien lycée. A visiter ces jours - ci.
Cette période sanglante et encore récente ( 75 - 79) reste très présente ici, fait partie de la vie quotidienne. Divisions, trahisons, idéologie, intérêts personnels, se mélangent dans cette histoire ou la géopolitique a joué un rôle important.
6 février
Leçon de passeport pour les nuls : partir en voyage avec seulement quelques pages vides sur son passeport c'est un peu léger; se faire bouffer ces pages par les visas successifs c'est rapide...et donc, être obligé de les renouveler au Consulat de France local, cela permet de tester les différents acteurs :
Nous,
totalement imprévoyants quelques semaines avant le départ. Donc, action !
Elle :
l'employée de l'agence qui s'occupe des visas pour le Viet Nam charmante et souriante:"impossible to put the visa , there is more page"
Lui,
souriant, l'employé du consulat: "taratata,taratata", la France, les passeports depuis 2007, un provisoire pour un mois ? çà n'existe pas, 5 semaines de délai pour un passeport biométrique...
Le consul,
tête grisonnante, charmant: " on va voir...revenez avec les justificatifs demandés...
Internet, skype ; utilisation intensive ce jour là;
Services municipaux :
variable...Très grand froid en France, neige...
Vous, en France,
sollicités, rapidité et efficacité

Restons zen...
7 février
Lui, souriant et rigolo, (un autre), le lendemain, bon, on va voir...le délai semble se réduire à une dizaine de jours...vite faisons le dossier, heureusement, nous avons tous les justificatifs grâce à l'internet ( et vous qui lisez  ma petite prose).
L'Ambassade de France, toute blanche, agréable, accueil très cordial et compréhensif de ces deux touristos paumés dans ces méandres administratifs. Nous pensons à  La déchirure. Ce film ( Roland Joffé- 1984)  témoin de la période sanglante cambodgienne, met en scène l' Ambassade de France devenue quelque temps le lieu refuge des étrangers menacés par les Khmers rouges.
Ambiance pas très gaie devant les lumières bleues pour la photo et le scanner des empreintes digitales...main gauche, main droite...quatre doigts, sourire un peu crispé; La machine évalue elle même si la photo est ressemblante ! Ah bon...
Lui, le même " j'envoie aujourd'hui, ce sera peut-être plus rapide, retour par la valise diplomatique chaque vendredi, envoi d'un SMS dès qu'ils arriveront...attendre.

8 février
 
Visite de l'ancienne prison au nom de code S21 à Phnom Pen.