Mékong, Chan tau (Canto) et le delta du Mékong     retour

    
23 février
Vedette touristique rapide, frontières, tampons, pas de douane, changement de bateau, large Mékong puis petite rivière très habitée, port de Chaudoc, attente, minibus rapide ( Ford transit, 24 places plus 3 strapontins sièges camping, ps trop rempli, conduite nerveuse au klaxon permanent ( avec écho long, please...) et convoyeur grincheux et spidé...,
Chant To, gare routière, arrivée le soir, très éclairé, guichet de la compagnie de bus, le téléphone ? ah oui,... allo "Mékong Logis", vous parlez français ? "ah bon ! vous arrivez, prenez un taxi.."4 dollards, OK, on monte, observation....mais, le chauffeur sait-il conduire,...cale en plein carrefour giratoire ( fou rire)... et panne sèche en pleine avenue animée...(fou rire) rue Nguyen viet hong ? Ah, Duong Nguyen viet HOOONG ! (fou rire)
Arrivée, on a faim...pas de problème, montez sur ma moto...virage à gauche toute au milieu de la rue, restaurant...to eat, manger, comer...mais non c'est seulement un bar...(fou rire)
restaurant Phö Oanh...Menu: Com ga, Hot bo kho, heineken, nuoc chanh, chao bo, che, dua, tong cong 152 000 (dongs) $7,25 )
Bon, on s'est bien éclaté aujourd'hui : plusieurs fois , fatigués, le fou rire nous prend ( surtout en panne sèche au milieu de l'avenue) face à l'incompréhension de cette langue; pas d'anglais ici, ni les personnes rencontrées, ni sur les panneaux divers...22 h tout le monde dort.

Frontière Viet Nam

Caisse donc... ??
24 février
Où voir l'empreinte communiste dans cette ville du sud , centre du delta du Mékong ? Peut-être sur des panneaux que nous ne savons pas lire ? ou chercher les indices ?
Dans ce superbe plafond de longues cucurbitacées, dans cette invite de restaurant à l'accent berrichon ? dans ce pont suspendu à la silhouette bien connue, dans ces photos réunies de l' oncle Hô et du père Confucius ? , dans cette marque de boisson symbole mondial ? dans ce calendrier chinois de l'année du dragon aux dates occidentales ?
...affaire à suivre.
 
Décoder la vie à Canto, c'est plein de quiproquos (et de fous rires...) devant la serveuse incrédule à qui on laisse un pourboire et qui n'en veut pas, pour se faire servir un milkshake au citron, pour acheter un billet d'avion, pour choisir un plat dans un restaurant, nous nous essayons à une langue du geste qui consiste le plus souvent à montrer ou parfois écrire (en anglais)



25 février
Bonne découverte de ce marché flottant et des vergers du delta avec Fredo, le proprio guide du Mékong
Logis qui parle de sa vie de réfugié en France, du libéralisme sauvage et du non communisme, des arabes en France, de son souci de bien faire...et répond à côté des questions posées...
Généreux grand père qui nous invite à partager ce repas de cette fête des morts familiale au milieu de ce dédale aquatique. Le culte des ancêtres est très fort ici, et prétexte, plusieurs fois par an à des réunions de famille élargie; bons repas bien arrosés; " Yoo" "santé" on lève fréquemment le petit verre d'alcool de riz...la bouteille est sous la table et ne remonte que pour servir, mais elle remonte souvent... Bon à 11 h ce matin...il est bien fruité pour accompagner le poisson éléphant, la soupe de soja et le canard maison. Nous n'avons jamais été autant photographiés...l'attraction du jour.
 


26 février
Empreinte du communisme (suite)...dans ces tombes bien rangées au milieu des rizières bien alignées, dans ces inmenses panneaux publicitaires, dans ces bus rouges orangés confortables, dans ce hall de gare des pas perdus, dans cette habitude conservée - semble-t-il - d'appeller toujours Ho Chi Min Ville, Saïgon.
Entrée de Ho Chi Min ville, une bonne dizaine de M d'habitants, donc plusieurs M de moto, scooters, vélos, deux roues en tous genres...fatalement, notre bus accroche un motard. Pas très grave heureusement, excuses du chauffeur, constat, police, station au mileu de la voie rapide, changement de bus pour les passagers, arrivée.
La traversée de Saïgon en taxi vers l'aéroport voit défiler un paysage urbain agressif, bruyant, tumultueux. Nous zappons cette grande ville et depuis l'airbus bien complet nous posons le pied à Hué sous un ciel gris-novembre et une T° nettement plus fraîche.