satel ARGENTINE - CHILI
 
Avril-Mai-Juin 2006
accueil
itinéraire 




Patagonie,
Les glaciers

De la cordillère des Andes descendent des fleuves de glace grands comme Buenos Aires...
Toute la journée nous sommes scotchés devant cette énorme, grandiose, barrière de glace de 60 m de haut et 4 km de large...22 km de glace qui descendent vers nous à la vitesse de 2m par jour !!
Face à lui, face à ce glacier millénaire, il n'y a rien à dire, seulement voir, entendre, méditer...
Il respire, il craque, il grince, il grogne, il crie, il pète, il renifle, il souffle, il chante, il explose...formidable étrangeté de cette vie naturelle. On ne le voit pas avancer, on l'entend...l'énorme poussée provoque des ruptures, la glace explose, les séracs s'écrasent, des cathédrales de glace se fraccassent dans l'eau, le spectacle est permanent !
Splatch!Boum!Crac!Pshuuit!Fruut!Pan!Schloufff!...on ne se lasse pas de léntendre avancer et de pister léndroit de la prochaine cassure de glace.
C'est le glacier Perito Moreno, du nom du premier savant explorateur qui passait par là.
Des centaines d'appareils photo crépitent devant lui, tous les jours, et il ne se lasse pas de se laisser admirer...des millions de photos, jamais les mêmes car il n'est jamais le même...
2m par jour, il avance et dans quelquea mois va de nouveau rencontrer la rive qui lui fait face sur la colline où sont installées les passerelles qui permettent de l'admirer sans danger, là à quelques dizaines de mètres.
dans plusieurs mois le barrage naturel va se reformer et une partie du lac Argentino va se retrouver emprisonnée. La pression va devenir telle qu'une formidable rupture du barrage de glace va déverser, dans un vacarme asourdissant, des centaines de tonnes de glace en icebergs bleutés et puissants dérivants sur le lac et fondant encore à 80,100 km de là.
La dernière rupture a eu lieu du 10 au 13 mars dernier. Le barrage avait commencé à se reformer en octobre 2005. 16 ruptures ont eu lieu le siècle dernier, la dernière en 1988. On n'y croyait plus...puis en mars 2004, puis le mois dernier...

Le lendemain, c'est le glacier Upsala, plus grand que la superficie de Buenos Aires, une barrière peu accessible sinon en bateau et la petite croisière d¡une journée à travers icebergs (tempanos) et glaiers divers est admirable et saisissante. Il fait gris et froid, ce qui ajoute à la magie étrange des lieux...
Nous sommes sur l'eau de ce lago Argentino à 180 m seulement au dessus du niveau de la mer...les icebergs dérivent lentement, le bateau les contourne, les glaciers s'écoulent sur les rives...Plus loin, à 1500 m d'altitude, "los campos de hielo patagonicos", les glaces des Andes, s'étendent sur des centaines de km. La pluie Paifique se transforme en neige qui va petit à petit se glecifier sur les montagnes et s'écouler par les vallées multiples en formidables rivières de glace compacte d'un bleu d'autant plus profond qu'elle est ancienne...
Tout autour, des moraines sédimentaires, des parois rocheuses creusées par la dernière glaciationTout ici est glace et vent, eau et roche, pluie et neige...
L'Upsala régresse très rapidement alors que le Perito Moreno semble stable, de grands icebergs s'éloignent lentement de lui...étrange et impressionante ballade lacustre !

El Calafate
C'est le point de départ, à 80 km des glaciers au bord du lac Argentino, station touristique s'il en est, huppée, ici, beaucoup de monde en toutes les langues...






papapa

Le Perito Moreno

pe

pe

pe

perito

up