l'actualité des projets le village   aider le village?    le musée des masques   comment y aller ?  le pays dogon    sites amis

Le projet d'aide à la construction de l'école  historique

école actuelle     terrain et fouilles     plans   budget  administration  construction     détails    Retour au projet

 

L"école d' Indélou, c'est une école Dogon, une case traditionnelle en pierre et terre, quelques planches sur des cailloux servent de bancs, une planche comme tableau... un peu sommaire.
Le toit de tôle s'est envolé lors de la dernière saison des pluies et les murs de terre fondent. 
Le potentiel d'enfants à scolariser est d'environ 300 enfants, ce qui veut dire qu'il est nécessaire de prévoir à terme 6 classes correspondant au cursus malien de l'école élémentaire: CP1, CP2, CE1, CE2, CM1, CM2. La poursuite de la scolarité s'effectue au collège de Bandiagara (40 km de piste) où les élèves sont logés dans des familles.
Les terrains sont réservés par le village et la commune est d'accord pour implanter une école à Indélou mais n'a pas les ressources nécessaires.
La construction pourrait se financer en partenariat entre les habitants du village assurant la main d'œuvre pour la construction selon des techniques traditionnelles améliorées et des apports extérieurs d' ONG diverses à trouver. L'association Ambidié pourrait assurer la coordination du projet dans le temps.
L'école est communautaire, la gestion est assurée par les parents, tous les frais sont payés par le village y compris le salaire (nourri et logé sur place) des enseignants formés par l'état malien et nommés par l'inspection de Bandiagara. L'école vit donc des cotisations des familles et des quelques dons des touristes de passage (qui sont consignés sur un cahier). Autant dire que les aides envoyées représentent à Indélou beaucoup d'argent...
Elle compte actuellement deux classes qui se déroulent quasiment en plein air, sous un toit de paille. Une classe de CP1 et CP2, une classe de 3ème année (CE1) et deux enseignants. Chaque classe a un effectif de 40 à 50 élèves. Il faut noter que tous les enfants ne sont pas scolarisés, particulièrement les filles, car l'école est payante et les familles choisissent un ou deux enfants, le plus souvent les garçons. 
Les frais mensuels à payer à l'école sont de 600 cfa par enfant, ce qui représente 6000 cfa par enfant pour l'année scolaire ( moins de 10 euros). C'est ici une somme importante pour la plupart des familles de ce village qui travaille uniquement pour arriver à se nourrir au quotidien et revend un peu d'oignon dont le produit permet, bon an mal an, d'acheter le riz ou le mil nécessaire à la période de "soudure"(mai, juin), quand les greniers sont vides et que l'on est obligé de manger les semences.
Les touristes de passage peuvent donner en espèces ou en nature à l' école. Tous les dons sont consignés dans un cahier tenu par le directeur et le bureau de l'association. Le total annuel représente environ 100 cfa par élève, ce qui réduit d'autant la participation des familles et permet d'acheter les fournitures de base: crayons, cahiers, craies. Ces comptes sont réellement tenus, nous l'avons vérifié. Vous pouvez donc donner sans hésitation si vous passez à Indélou ...
 
Une réunion de travail s'est tenue à Indélou le 1er janvier 2004 sous la lune. Le projet de construction a été présenté à l'association Ambidié par les parents d'élèves et l'ensemble des habitants. Une discussion intéressante sur le fonctionnement de l'école, le partenariat et les techniques de construction s'en est suivie, montrant une grande motivation des habitants pour ce projet.
Une deuxième rencontre fin avril 2005 a permis de vérifier la faisabilité du projet (terrain, accords administratifs obtenus, bénévolat des villageois, fiabilité de l'entreprise choisie, participation d'un architecte.     Voir l'administration
 
Le Projet de construction en quelques lignes:   
A terme, 6 classes par étapes selon les financements. 
Le projet technique met en avant les procédés et matériaux traditionnels, renforcés par des éléments techniques modernes. Les habitants du village sont techniquement en capacité de participer à cette construction, semblable à celles qu'ils ont l'habitude de créer, sans étage et sans procédé technique complexe. Particulièrement, les toits plats en terre présentent une excellente étanchéité si les écoulements sont prévus, ainsi qu"une bonne isolation thermique (contrairement à la tôle qui offre de plus une grande prise au vent).  Voir les plans
 
Les classes doivent être construites sur un soubassement de 50 cm environ mettant les bases des murs à l'abri de l'eau en saison des pluies. 
Les murs sont en pierre locale taillée (ce qui ne manque pas) et cimentées. Ils sont renforcés par des ancrages en béton armé.
Les toits traditionnels sont en bois  de rônier et banco soutenus par une série d IPN, poutres métalliques . Une couverture plastique et un dallage en céramique locale viennent assurer l'étanchéité.
La pierre est fournie sur place gratuitement, moyennant quelques dynamitages de rochers et une taille fine. Une formation de tailleurs est organisée..
La terre pour le banco est également sur place et gratuite.
  • Une entreprise de maçonnerie se charge de la construction.
    Une coordination légère est assuré par un élève architecte qui travaille régulièrement en Pays Dogon et en relation avec l'association "CRATerre", école d'architecture de Grenoble.
    Une école de conception proche est déjà construite au village de Bénimatou, près d' Indélou.     Voir des détails de la construction
     
  • Le mobilier scolaire peut être fabriqué en métal et bois à Bandiagara ou à Bamako.
    L'ensemble du matériel scolaire doit être acheté à Bamako.

    La coordination locale du projet est assurée par l'association "Demain Bandiagara" : animation du bénévolat, relation à l'entreprise, relations administratives...

    Le budget:     Voir le budget

     
    Il semble que le budget pour une classe, construction et mobilier soit d'environ 5 000 000 de cfa pour ce type de construction. (7622 euros)
    Ce qui porte à 30 000 000  cfa le projet pour 6 classes. ( 46 000 euros)
  • Les financements acquis à ce jour permettent de démarrer le chantier pour 3 classes sans équipement.
  • Ce mois-ci, les travaux commencent...vous pouvez envoyer vos dons...

    Le 15 décembre 2005  

     

    L'aide directe aux enfants

     
    Votre aide de 160 € par an soit 16 € par mois pour 10 mois scolaires permet aux familles qui ont peu de revenus et qui ont très peu ou pas du tout de culture scolaire, d'envoyer les enfants à l'école, ce qui réduit d'autant la charge de travail quotidien de ces enfants. Ils peuvent donc s'acquitter des frais scolaires mensuels qui assurent le fonctionnement de l'école et compenser la perte économique que constituent ici les absences des enfants dans les champs... mais attention à ne pas créer trop de disparité entre les familles du village... ici, pour une famille, 160 € par an c'est beaucoup.
     
    Aujourd'hui, 5 aides individualisées transitent par l'association pour la prochaine rentrée scolaire (1 Bandiagara, 4 à Indélou) . Si l'on veut réellement rendre ces aides efficaces selon les critères maliens, il convient d'assurer un soutien logistique à l'école globalement et non aux seules familles.
    Ce soutien global peut s'appliquer aux locaux et mobiliers, aux fournitures et supports d'enseignement, à la pérennisation du ou des enseignants sur place.
    Le projet proposé consiste à répartir votre aide en deux parties: 70% directement à la famille 30% pour le soutien global à l'école.
    Les aides directes  sont versées aux familles, sur place en octobre et en février de chaque année.
    L'argent réservé au soutien global permet l'achat à Bamako des supports d'enseignement. A ce jour nous avons acheté pour un total de 210 000 cfa de livres scolaires de math et de français et deux valises métalliques de rangement.

    Attention, soutenir une famille, c'est s'engager à long terme, au moins pour la durée de la scolarité élémentaire (6 années scolaires)...   Voir les soutiens actuels

    Vous pouvez aussi choisir de n'aider que le projet global par des dons ponctuels qui ne vous engagent pas à long terme.

    Pour envoyer vos dons: 
    Association Ambidié  
    Simone Dégeilh, 18 quartier du Peyregat 09400 Amplaing Mercus France
    ou Guy Catalo, BP E3304, Bamako, Mali.
    l'actualité des projets le village   aider le village?    le musée des masques   comment y aller ? le pays dogon    sites amis